Care for Trees? Use the Sun

Treating water with sunlight to make it safe and hot saves lives, improves health and prevents trees from being cut down for firewood. Le traitement de l’eau à la lumière du soleil pour le rendre potable et chaud, sauve des vies, améliore la santé et empêche les arbres d’être coupés pour le bois de chauffage.

Jordi Albacete – Environmental Journalist.

Treating water with sunlight to make it safe and hot saves lives, improves health and prevents trees from being cut down for firewood.

Vous pouvez lire la version française à la fin de l’article.

What’s the point of planting a tree if it never reaches adulthood? This is what Kemo Fatty wonders in the little Sahelian country of The Gambia. He is a local farmer who leads Green Up Gambia, a community led reforestation group. Kemo dreams of the day he will see baby acacia, moringa, pawpaw and palm trees reach full maturity.

A teacher in The Gambia tells children about the importance of planting trees. Photograph: Green Up Gambia.

The adult trees will provide fruits, intercropping opportunities, and shade for his neighbours. Kemo knows that trees also stop soil erosion and make villages more resilient to strong winds, storms and floods. However, Kemo faces a harsh reality: he cannot stop others cutting down the trees.


Deforestation in West Africa

Deforestation across West Africa is widespread, from the tropical forests in the Guineas, to the semi-arid woodlands of the Sahel. Forests are disappearing in West Africa at twice the world rate, and 90% of the original forests in this region have been destroyed, according to the United Nations Environment Programme (UNEP).

The figures are alarming, and a study by Mongabay illustrates the threat to the West African tropical forests of Guinea, Ivory Coast, Togo, Benin and Ghana. According to the World Bank’s Climate Investment Fund (CIF), 50% of the forest in Ghana is experiencing a deforestation rate of 2% per year since 2000, one of the highest in the world. Ghana could lose its forests by 2040 if it continues at this rate.


Women’s Living Conditions and Firewood Use

Everyday, Zeynabou Alassane Maiga, a ten-year-old girl from the Timbuktu region in Mali, dreams of the day that she would not need to go to the river to wash herself before going to school. Her mother told her that she cannot use firewood to warm the water for her bucket shower. “This bothers me, because it means I cannot wash myself every day before I go to school”, says Zeynabou.

Stories like hers are common in such areas as Niafounké and Rharous, in the Timbuktu region. Young girls and women use water from the Niger River, wells, and ponds to meet their daily water needs. These water sources easily cause diarrhoea among the people using the water, which is a constant issue for the villagers.

Dependence on firewood is the leading cause of deforestation in Africa. Girls and women go into the forest to collect firewood for boiling water and cooking. In countries like Burkina Faso trees felled for fuel provide around 80 percent of country’s domestic energy needs. However, finding or buying the wood is not easy.

The crushed and roasted shea nuts will then be ground into a fine paste. Burkina Faso. Photograph: Ollivier Girard/CIFOR

Firewood Scarcity

Hindou Aguissa, from the village of Boronda, also in the Timbuktu region, struggles to find firewood near her village. She does not have any option other than to purchase it. Money is a near-luxury for her, and she needs to spend few CFA francs on a regular basis just to cook, heat and boil water.

Walking 15 kilometres to find water is a daily task for women like Adizatou Wallet Almoustapha in the Tintadenit village. None of the villagers can drink the water of the nearby pond because is polluted. Adizatou’s struggle to find drinkable water is widespread across Africa. Existing wells and facilities to access water are not well kept across the continent. This leads communities to find water from unsafe sources, as different reports show.


Fuelwood market in the centre of Malian town of Djenné. Wood is the number one fuel in many developing countries. Often people must travel long distances to collect shrinking supplies. Photograph: Stephen Codrington via Planet Geography.

Rapid deforestation also translates into migration from rural to urban areas. This rapid urbanisation leads to a lack of agricultural activity, malnourishment, and the spread of diseases.


Greening the Sahel

Rapid deforestation also translates into migration from rural to urban areas. A farmer in a small town in northern Burkina Faso, Yacouba Sawadogo, decided to reinvent agriculture after witnessing how his neighbours were migrating to the main Burkinabe cities:Ougadougou and Bobo Diolausso. This rapid urbanisation leads to a lack of agricultural activity, malnourishment, and the spread of diseases.

Sawadogo has invented a regionally well-known farming technique used to create a large, easy-to-farm forested area: the zaï holes. In the peak of the dry season, he digs pits on the degraded land, adding manure, dried leaves, and termites. These insects help to break up the soil. By creating underground tunnels they build a natural irrigation system making the soil more absorbent to rainfall. They do this work before the rainy season starts.

Yacouba Sawadogo’s innovation is greening his village. He has managed to reforest 30 acres of forests with 60 species of trees. In this large oasis this Burkinabé farmer transformed the climate.

Yacouba Sawadogo digs holes to recover the soil.
Photograph: Chris Reij for the World Resources Institute.

More trees means more shade, lower temperatures, more windbreaks and less erosion. The trees have also raised the water table, making water more accessible. One of Yacouba’s successes has been intercropping in the forest. He has managed to ensure millet and sorghum crops.

Now he is employing many of his neighbours from the nearby villages. In the last 14 years, his technique has been exported to other African and Asian countries.

Sahel Eco and International Tree Foundation are two NGOs working in West Africa for decades. They point out that governments and institutions should promote bottom up initiatives such as Yacouba’s in Burkina Faso.


What can be done about it?

Planting more trees. Trees means more shade, lower temperatures, more windbreaks and less erosion. The trees have also raised the water table, making water more accessible.

Loaga village (on the road). Zone of Baobab reforestation. Burkina Faso.
Photograph: Ollivier Girard/CIFOR

Addressing Climate Change with Forests

In Yacouba’s country, Burkina Faso, climate change is accelerating the desertification forcing farmers to go into the forests. They need new land for agriculture and livestock. Farmers let their cattle graze freely to enable them to find sufficient food. This will slow regeneration further.

To make things worse, climate change is making droughts to last longer. These droughts speed up the desertification of former arable farmlands, as Esther Mwangi, principal scientist with the Centre for International Forestry Research, and researcher Monica Evans reported, in Landscape News.

The alarm is sounding. 1.5 degrees Celsius is the maximum temperature increase to avoid unprecedented environmental hazards, according the Intergovernmental Planet on Climate Change (IPCC), the world’s leading authority on climate change.



Children tend to a small herd of cattle outside the Zorro village, Burkina Faso.
Photograph: Ollivier Girard/CIFOR

Temperatures are on the rise in the drylands of the sub-Saharan countries,and their governments are passing ambitious reforestation plans. They know there is not much time left to adapt to climate change. Burkina Faso’s government aims to plant 5 million trees to counterbalance the 470,000 hectares of land degraded each year in this small Sahel country.

Burkina Faso’s government aims to plant 5 million trees to counterbalance the 470,000 hectares of land degraded each year in this small Sahel country.


A woman drives a cart of firewood back to Zorro village, Burkina Faso.
Photograph: Ollivier Girard/CIFOR

Better Bottom Up Initiatives

There are many challenges to forestry programmes in Africa. Lengthy bureaucracy and lack of transparency are symptomatic in many of these projects.

Some relationships between authorities and companies can lead to the failure in replanting trees, according to findings from the World Bank.

Malawi in East Africa has to learn from some previous reforestation mistakes. The government restored the pine trees of the Kawandama Hills in the 1950‘s. Malawians were really proud of these pine forests, however, in a short time the private timber cutters had cut down the trees. They did not replant them.


Women carrying firewood in Malawi.
Photograph: Skip Russell.

In 2009 a local entrepreneur, with financial help from the USAID, started to plant Citriodora trees in the Kawandama Hills. Nowadays, a local cooperative produces essential oils out of these type of eucalyptus leaves. The cooperative employs more than a hundred local villagers who harvest the Citriodora leaves twice a year.  

Eucalyptus trees, native to Australia, are often criticised for their impact on the environment, drying underground reservoirs and making the soil more acid on its top layer. However, many of the villagers in the Kawandama Hills depend on the income generated from these harvests.

Solar Energy, Safe and Hot Water at Home

The use of solar energy to purify and heat water is helping to reduce firewood consumption in different parts of Africa. This is the achievement of Swedish inventor and environmentalist Petra Wadström. Wadström has been recognised as one of Sweden’s most prestigious modern entrepreneurs and environmentalists.

Petra Wadström, inventor and founder of Solvatten.
Photograph: David Wadström.

She invented a solar jerry can to give access to clean and hot water for those who are most in need. Wadström called this jerry can Solvatten, which means sun and water in Swedish.

Solvatten, a Multiple Solution

The Solvatten container holds 10 litres of water  and combines a purifier and water heater system. This technology is astonishingly simple and highly effective. These systems use only sunlight to work. The only thing users need to do is to fill the jerry can with water, open it and expose it to the sun for around two to three hours. Then they will get hot water good for preheating for cooking and other domestic uses. They can cool it down just by placing the container in the shade.

One of the secrets for this effective purifying and heating system is how to maximise sunlight.

Solvatten heating system reaches a temperature of 75 degree Celsius. This is one of the features that make Solvatten a tree saver.

The Solvatten jerry can sports a two-in-one design. It opens like a book and each of these halves are covered with special transparent lids. These lids allow sun rays to destroy the structure of DNA linkages of microorganisms, preventing them from reproducing, and pasteurising the water as a result.

The unit has an average lifespan of 7 to 10 years, meaning it withstands those early years in which children are at their most susceptible to waterborne diseases.

LWF introducing Solvatten to families Turkana.
Photograph: Jesper Hornberg.

One year of using a Solvatten jerry can saves 6 to 10 mid-size trees. These water containers have already saved approximately 4,410,000 trees from being cut down for firewood. This is about 600 square kilometres, almost the same size of the Egyptian capital city of El Cairo or the Spanish capital city of Madrid.

Appropriate technology plays a crucial role in the advancement of reforestation in Africa, according to the Centre for International Forest Research (CIFOR).

Evidence Based Impact

Solvatten has given access to safe and hot water for those most in need in Africa, Asia and Latin America. The impact of using Solvatten for impoverished households – and specifically for women and young girls – has been enormous.

Samake Fadimata, a midwife in Mali, with a Solvatten jerry can.
Photograph: David Wadström.

Madame Samake Fadimata works in the Health Centre in Mandiakoye, in the Timbuktu region, in Northern Mali. She has been using Solvatten jerry cans for three years now. “When I go to the nomadic groups in the area I always take the Solvatten canteen with me, because there is no drinking water in this area. Solvatten gives me water for my own consumption. I also help traditional midwives for prenatal and postnatal hygiene with the water. I found that with Solvatten, there are fewer infections and diarrhoeal diseases. This device helps me a lot to achieve my health goals”, she says.

I also help traditional midwives for prenatal and postnatal hygiene with the water”, says Madame Samake Fadimata.

Climate Change and Public Health

Safe hygiene with clean water is key for good health. Solvatten works in different health interventions to avoid waterborne diseases.  
Photograph: David Wadström.

Solvatten jerry cans are tree and money savers for households where infrastructure is missing. In Mali, an academic study in 2012 on the use of Solvatten showed that each household using the water containers avoided up to two tons of carbon emissions per year.  The study showed how these saved nearly $8 USD on health expenses, which is 12% of the minimum wage in Mali.

Health workers with some Solvatten jerry cans in the Community Health Centre at Tintadeny, in Mali.

Innovation is Key

Africans are embracing all sorts of innovation such as agroforestry, renewable energy and information technologies to get ready for the future.

Conservationist drones or geo-tagging apps are empowering African communities and organisations to monitor logging.

These new technologies can help map droughts and deforestation. Expansion of cocoa monocultures is often a driver for the deforestation, satellites and drones help to track illegal logging. This holds companies to account.

Drone view of a deforested area.
Photograph: Martin Wegmann – Own work, CC BY-SA 3.0,. Available at this link. https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15499839

Information Technologies Part of the Solution

Collaborative databases, known as Blockchain technology, are revolutionising the way we think about the economy and the climate. Bitcoin, the crypto currency, is doubtless the best-known use of this technology.

Little is known about how the use of the blockchain technology enables to tokenise energy consumption and carbon emissions.Tokens can be valued and traded as carbon offsetting and carbon credits.

Blockchain for Climate have developed a draft specification for a new token type called Unique Fungible Tokens (UTFs) that can contain the unique information of each credit.

This information includes place of origin-for example, being a reforestation or renewable energy project- to be able to validate the authenticity of a carbon credit, while creating liquidity in the market for the carbon credit itself. Veridium, Stellar, Nori, and Poseidon are other blockchain projects that help to trade carbon offsetting. This trade contributes to reforestation in Africa.

Intercropping

Adaptation to climate change cannot wait in Africa. Research suggests that decision makers need to embrace a mix of solutions to mitigate severe droughts and floods.

Reinventing agriculture is one of the priorities to adapt to the food scarcity worsened by the soaring rise of temperatures. Agroforestry seems the way toward subsistence for West African farmers.

Gambian children about to plant a tree.
Photograph: Green Up Gambia.

Forestry and agriculture combined address food security and climate change adaptation, experts say. But to implement these methods, smallholders need initial investment.

There are a wide range of new agricultural techniques that need to be introduced to farmers: Crop diversification, hedgerow intercropping, and using live fences are just some of these good practices. They could play a vital role in improving climate change resilience.

Agroforestry and Climate Change

Some of the benefits of agroforestry are the provision of microclimate buffering and regulation of water flow, according to an international study led by different universities across Africa, Europe and the US.

Investment in agroforestry, however, is still limited.  By contrast, intensified farming systems specifically for export cash crop (monocultures of groundnut, cocoa, and cotton, amongst others), are highly funded, as research from the International Journal of Agricultural Sustainability shows. For similar reasons conservationist groups criticise the use of forest to produce bioenergy mass.

There are also a number of resistances to agroforestry from subsistence farmers. Where land holdings are small, farmers might resist sharing the spare land. When land holdings are insecure, villagers tend to be reluctant to plant trees, the same study concluded.

Johanny Sawadogo, Head of the Provincial Forest Service, is training beekeepers to maintain hives and collect honey, Yalka village, Burkina Faso.
Photograph: Ollivier Girard/CIFOR


Coordinating Strategies

Coordination in the implementation of innovative technology and agroforestry is key. Appropriate policies need to back up the execution of these advancements. For example, conservationist drones can help to monitor illegal logging, but communities need an alternative energy source for firewood.

Reforestation at a global scale could mitigate the effects of climate change by 30 per cent before 2030, according to the IPCC. There are only 12 years left to avoid the surpass of the 1.5 degrees Celsius increase. The effects will be catastrophic if we reach a superior increase. In Africa, the consequences can be devastating. The clock is counting down.

A Gambian child planting a tree.
Photograph: Green Up Gambia.

The Great Green Wall, Urgent Reforestation to Mitigate Climate Change


12 years is the time left to stop the irreversible effects on the climate to limit the rise of the global temperature to 1.5C according to Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC).

Scientists are urging the IPCC to put more pressure on national governments to take the role of forests in combating climate change more seriously. According to an international group of 40 scientists, halting deforestation is “just as urgent” as reducing the use of fossil fuels.

These experts argue that by protecting and reforesting forests, the world would achieve 18% of the mitigation needed by 2030 to avoid runaway climate change.

The Sahel arid lands, reaching outstanding average temperatures above 40 Celsius degrees, are one of the most vulnerable places on earth to climate change.National governments and world organisations have set up ambitious reforestation initiatives such as The Great Green Wall. This international project aims to create a buffer zone of 11 million trees between the desert and the savannah crossing 11 countries from West to East Africa.The Great Green Wall aims to halt the rapid desertification of this barren region. In order to meet this target, large organisations such as the World Bank, the UN and The African Union are supporting this initiative.Senegal is one of the countries leading the Green Wall initiative. Absamanan Mouduba, a village Chief from this West African country, told the BBC in 2017 how reforesting with acacia trees reverses desertification in his community. “When there were no trees the wind used to dig up and erode the soil. But now the soil is more protected the leaves produce compost and the canopy increases the humidity of the environment and produces more shade so there is less need for watering”, he says.


Voulez-vous prendre soin des arbres? Utilisez l’énergie solaire

Jordi Albacete – Journaliste, spécialisé en environnement.

Le traitement de l’eau à la lumière du soleil pour le rendre potable et chaud, sauve des vies, améliore la santé et empêche les arbres d’être coupés pour le bois de chauffage.

A quoi cela sert il de planter un arbre s’il n’atteint jamais l’âge adulte? C’est ce que demande Kemo Fatty dans le petit pays sahélien de la Gambie. Kemo est un agriculteur local qui dirige Green Up Gambia, une association de reboisement communautaire. Kemo rêve du jour où il verra les arbustes d’acacias, de moringas, des papayers et de palmiers atteindre leur pleine maturité.

Un enseignant en Gambie explique aux enfants l’importance de planter des arbres. 
Photo de Green Up Gambia

Les arbres adultes fourniront des fruits, grandiront et donneront de l’ombre à leurs voisins. Kemo sait que les arbres ralentissent également l’érosion des sols et rendent le terrain du village plus résistant aux vents violents, aux tempêtes et aux inondations. Kemo est toutefois confronté à une dure réalité: il ne peut empêcher les autres habitants de continuer à abattre des arbres.

La déforestation en Afrique de l’Ouest

La déforestation en Afrique de l’Ouest est très répandue, des forêts tropicales de Guinée (Conakry et Bissau) aux forêts semi-arides du Sahel. Les forêts de savane et les forêts disparaissent en Afrique de l’Ouest à un rythme deux fois plus rapide que dans le reste du monde, et 90% des forêts d’origine de cette région ont déjà été détruites, selon le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE, dans son acronyme en anglais).

Les chiffres sont alarmants et une étude menée par Mongabay illustre la menace qui pèse sur les forêts tropicales dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest tels que la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Togo, le Bénin et le Ghana. Selon le Fonds d’Investissement pour le Climat (CIF, dans son acronyme en anglais) de la Banque mondiale, 50% des forêts ghanéennes connaissent un taux de déforestation de 2% par an depuis l’année 2000, l’un des taux les plus élevés au monde. Le Ghana pourrait perdre toutes ses forêts d’ici 2040 s’il continue à ce rythme.

Les conditions de vie des femmes et utilisation du bois de chauffage

Chaque jour, Zeynabou Alassane Maiga, une fillette de dix ans de la région de Tombouctou au Mali, imagine le jour où elle n’aura plus la nécessité d’aller à la rivière pour se laver avant d’aller à l’école. Sa mère l’a déjà avertie, à de nombreuses reprises, que la famille ne peut pas utiliser du bois pour chauffer l’eau afin de se laver. “Cela me dérange, car cela signifie que je ne peux pas me laver tous les jours avant d’aller à l’école”, explique Zeynabou.

Des histoires comme celle de Zeynabou sont monnaie courante dans des endroits comme Niafounké et Rharous, dans la région de Tombouctou. Les filles et les jeunes femmes utilisent l’eau du fleuve Niger, des puits et des étangs pour leurs besoins quotidiens. Ces sources d’eau provoquent des diarrhées, un problème constant pour les villageois.

La dépendance au bois de chauffage est la principale cause de déforestation en Afrique. Les filles et les femmes vont dans la forêt chercher du bois de chauffage, pour faire bouillir de l’eau et cuisiner. Dans des pays comme le Burkina Faso, les arbres abattus pour du combustible fournissent environ 80% des besoins énergétiques du pays. Cependant, il est difficile de trouver où d’acheter du bois.

Les noix de karité concassées et grillées sont moulues en une pâte fine. Burkina Faso. Photo de Ollivier Girard / CIFOR


La pénurie de bois de chauffage

Hindou Aguissa, originaire du village de Boronda, également situé dans la région de Tombouctou, doit réussir à trouver du bois de chauffage près de son village. Souvent, il n’a pas d’autre choix que de l’acheter. L’argent est presque un luxe pour elle et pourtant elle doit dépenser plusieurs francs CFA chaque jour pour subvenir à ses besoins quotidiens tels que la cuisine, le chauffage et la préparation d’eau bouillante.

Marcher 15 kilomètres pour trouver de l’eau est une tâche quotidienne pour des femmes comme Adizatou Wallet Almoustapha dans le village de Tintadenit. Aucun des villageois ne peut boire l’eau de l’étang voisin parce qu’elle est contaminée. La bataille d’Adizatou pour trouver de l’eau potable est répandue dans toute l’Afrique. Les puits et les installations existantes pour accéder à l’eau ne sont pas bien conservés sur tout le continent. Cela mène aux communautés chercher de l’eau dans des sources dangereuses, telles que ils montrent différents rapports.


Marché du bois au centre de la ville malienne de Djenné. Le bois est le combustible numéro un dans de nombreux pays en développement. Souvent, les gens doivent parcourir de longues distances pour aller chercher des fournitures qui rétrécissent. Photo de Stephen Codrington pour Planet Geography.

La déforestation rapide entraîne également une migration des zones rurales vers les zones urbaines. Cette urbanisation rapide conduit à un manque d’activité agricole, à la malnutrition et à la propagation des maladies.

Le reboisement du Sahel

L’accélération de la déforestation se traduit également par une migration de la campagne vers la ville.

Yacouba Sawadogo, agriculteur dans une petite ville du nord du Burkina Faso, a décidé de réinventer l’agriculture après avoir observé l’émigration de ses voisins dans les principales villes: Ougadougou et Bobo Diolausso. Cette urbanisation rapide entraîne un manque d’activité agricole, la malnutrition et la propagation des maladies, à la fois à la campagne et à la ville.

Sawadogo a repris connaissance de la technique agricole traditionnelle. Cette technique, les zai holes, a permis à Sawadogo de créer une vaste zone boisée facile à cultiver. Au milieu de la saison sèche, Sawadogo creuse des trous dans les terres dégradées, en y ajoutant du fumier, des feuilles sèches et des termites.

Ces insectes aident à briser le sol compacté. En créant des tunnels souterrains, ils construisent un système d’irrigation naturel qui permet au sol de mieux absorber les pluies. Les termites font ce travail juste avant le début de la saison des pluies.

L’innovation de Yacouba Sawadogo revitalise sa population. Sawadogo a réussi à reboiser 12 hectares de forêt avec 60 espèces d’arbres. Dans cette grande oasis, ce fermier burkinabé a réussi à transformer le climat.

Yacouba Sawadogo creuse des trous pour récupérer le sol.
Photo de Chris Reij pour le World Resources Insitute.

La présence de plus d’arbres signifie qu’il y a plus d’ombre, que les températures baissent, et que les arbres agissent comme des brise-vent et permettent une érosion lente. Les arbres ont également augmenté la nappe phréatique [l’eau souterraine], rendant l’eau plus accessible. L’un des succès de Sawadogo a été la combinaison de vergers et de forêts. De cette manière, le fermier a réussi à assurer la culture du mil et du sorgho.

Sawadogo emploie beaucoup d’habitants des villages voisins. Au cours des 14 dernières années, sa technique a été exportée vers d’autres pays d’Afrique et d’Asie.

Sahel Eco et l’International Tree Foundation sont deux ONG travaillant en Afrique de l’Ouest depuis des décennies. Les deux organisations soulignent que les gouvernements et les institutions devraient promouvoir des initiatives populaires telles que celles de Yacouba au Burkina Faso.

Que peut-on faire à ce sujet?

Planter plus d’arbres. Avoir plus d’arbres signifie avoir plus d’ombre, profiter de températures plus basses, avoir plus de brise-vent et moins d’érosion. Les arbres ont également augmenté la nappe phréatique en rendant l’eau plus accessible à l’irrigation.

Village de Loaga (sur la route). Zone de reforestation de Baobab. Burkina Faso.
Photo de Ollivier Girard / CIFOR


S’attaquer au changement climatique grâce aux forêts

Pour aggraver les choses, le changement climatique rallonge la durée de la sécheresse. Ces sécheresses accélèrent la désertification d’anciennes terres arables, selon la principale scientifique du Centre pour la Recherche Forestière Internationale (CIFOR, dans son acronyme en anglais), Esther Mwangi, et la chercheuse Monica Evans, dans la publication Forest News.

Dans le pays de Yacouba, au Burkina Faso, le changement climatique accélère la désertification, obligeant les agriculteurs à pénétrer dans les forêts. Ils ont besoin de nouvelles terres pour l’agriculture et l’élevage. Les fermiers y laissent leur bétail paître pour trouver assez de nourriture. Les animaux, affamés, n’hésitent pas à manger les arbustes. Cela ralentit encore plus la régénération des forêts.

L’alarme a déjà sonné. Selon le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (IPCC, dans son acronyme en anglais), la plus haute autorité mondiale en matière de changement climatique, et ce, afin d’éviter des risques environnementaux sans précédent, il ne faudrait pas dépasser une hausse de 1,5 degrés Celsius


Les enfants s’occupent d’un petit troupeau de bovins à l’extérieur du village de Zorro, au Burkina Faso.
Photo de Ollivier Girard / CIFOR


Les températures augmentent dans les terres arides des pays d’Afrique subsaharienne et leurs gouvernements approuvent des plans de reboisement ambitieux. Ils savent qu’il ne reste plus beaucoup de temps pour s’adapter aux effets du changement climatique. Le gouvernement du Burkina Faso prévoit de planter 5 millions d’arbres pour contrer les 470.000 hectares de terres dégradées chaque année de ce petit pays sahélien.

Le gouvernement du Burkina Faso prévoit de planter 5 millions d’arbres pour contrer les 470.000 hectares de terres dégradées chaque année de ce petit pays sahélien.


Une femme ramène un charriot de bois de chauffage dans le village de Zorro, au Burkina Faso.
Photo de Ollivier Girard / CIFOR


Les initiatives sont meilleures quand elles viennent d’en bas

Les programmes forestiers en Afrique présentent de nombreux défis. Une bureaucratie lourde et avec un manque de transparence sont des signes récurrents dans beaucoup de projets.

Certaines relations clientélistes entre les autorités et les entreprises peuvent conduire à un échec de la replantation d’arbres, selon les informations données de la Banque mondiale.

Le Malawi, en Afrique de l’Est, a tiré des leçons de certaines de ses erreurs précédentes en matière de reboisement. Le gouvernement a reboisé les collines de Kawandama avec des pins dans les années 1950. Les Malawiens étaient vraiment fiers de ces forêts de pins, mais peu de temps après, les braconniers ont coupé les arbres. Ils ne les ont jamais replantés.


Femmes portant du bois de chauffage au Malawi.
Photo de Skip Russell.


En 2009, un entrepreneur local, avec l’aide financière de l’USAID, a commencé à planter des arbres Citriodora dans les collines de Kawandama. Aujourd’hui, une coopérative locale produit des huiles essentielles à partir des feuilles de ce type d’eucalyptus. La coopérative emploie plus de cent villageois locaux qui récoltent les feuilles de Citriodora deux fois par an.  

Les eucalyptus, originaires d’Australie, sont souvent critiqués pour leur impact sur l’environnement. Ces derniers assèchent les réserves souterraines et rendent le sol plus acide dans sa couche supérieure. Cependant, beaucoup de villageois de Kawandama dépendent des revenus générés par ces cultures.

L’énergie solaire, l’eau salubre et chaude à la maison

L’utilisation de l’énergie solaire pour purifier et chauffer l’eau contribue à réduire la consommation de bois de chauffage dans différentes régions d’Afrique. C’est la réussite de l’inventrice et environnementaliste suédoise Petra Wadström. Ce microbiologiste a été reconnue comme l’une des entrepreneurs et écologistes modernes, les plus célèbres de Suède.

Petra Wadström, inventeur et fondatrice de Solvatten.
Photo de David Wadström.

Wadström a inventé un cylindre solaire pour rendre l’eau propre et chaude accessible à ceux et celles qui en ont le plus besoin. Wadström a appelé cela jerry can Solvatten, qui signifie soleil et eau en suédois.

Solvatten, une solution multiple

La carafe Solvatten contient 10 litres d’eau et associe un système de purification de l’eau et de chauffage. Cette technologie est étonnamment simple et très efficace. Les mécanismes de purification de l’eau et de chauffage fonctionnent exclusivement avec la lumière du soleil. La seule chose à faire est de remplir la boîte avec de l’eau, de l’ouvrir et de l’exposer au soleil pendant environ deux à trois heures. Ensuite, ils auront de l’eau chaude qu’ils pourront utiliser pour la cuisine et d’autres usages domestiques. De plus, ils peuvent refroidir l’eau simplement en plaçant la carafe à l’ombre.

L’un des secrets de ce système efficace de purification et de chauffage réside dans sa capacité à maximiser la lumière du soleil.

Le système de chauffage Solvatten atteint une température de 75 degrés centigrades. C’est l’une des caractéristiques qui fait de Solvaten un sauveur des arbres.

La carafe Solvatten est conçue comme un double tambour. Il s’ouvre comme un livre et chacune des 2 moitiés est recouverte de couvertures transparentes spéciales. Ces couvertures permettent aux rayons du soleil de détruire la structure des liaisons ADN des micro-organismes, les empêchant de se reproduire, et donc de pasteuriser l’eau.

L’unité a une durée de vie moyenne de 7 à 10 ans, ce qui signifie qu’elle résiste aux premières années où les enfants sont plus susceptibles aux maladies d’origine hydrique.

FLM démontrant le Caravag Solvatten aux familles Turkana.
Photo de Jesper Hornberg.

À la fin de l’année, lorsqu’une famille a utilisé la carafe Solvatten, l’abattage de 6 à 10 arbres de taille moyenne a été évité. Depuis la distribution de ces cylindres, l’abattage approximatif de 4.410.000 arbres a déjà été empêché, ce qui correspond à une population forestière d’environ 600 kilomètres carrés, une surface similaire à celle des villes du Caire ou de Madrid.

Ce type de technologies simples, qui évite l’utilisation de combustibles, joue un rôle crucial dans le progrès du reboisement en Afrique, selon le Centre pour la Recherche Forestière Internationale (CIFOR, dans son acronyme en anglais).

Impact fondé sur des preuves

Solvatten a donné accès à une eau chaude et salubre à ceux qui en ont le plus besoin en Afrique, en Asie et en Amérique latine. L’impact sur l’utilisation de Solvatten dans les foyers pauvres, a été énorme, spécialement pour les femmes et les filles.

Samake Fadimata Matrone, sage-femme au Mali, munie d’une cartouche Solvatten. Photo de David Wadström.

Madame Samake Fadimata travaille dans un centre de santé à Mandiakoye, dans la région de Tombouctou, dans le nord du Mali. Elle utilise sa carafe Solvatten depuis trois ans. “Quand je vais dans les communautés nomades de la région, j’ai toujours la carafe Solvatten avec moi, car il n’y a pas d’eau potable dans cette région. Elle me fournit de l’eau pour ma consommation personnelle. Mais aussi l’eau pure de Solvatten m’aide en tant que sage-femme traditionnelle pour l’hygiène prénatale et postnatale. J’ai constaté qu’avec Solvatten, il y avait moins d’infections et de maladies diarrhéiques. Ce tambour m’aide à atteindre mes objectifs de santé”,  dit elle.

“L’eau salubre de Solvatten m’aide, en tant que sage-femme traditionnelle en matière d’hygiène prénatale et postnatale “, déclare Madame Samake Fadimata

Changementent Climatique et la Santé Publique

Une hygiène sûre avec de l’eau potable est la clé d’une bonne santé. Solvatten intervient dans différentes interventions sanitaires pour éviter les maladies d’origine hydrique. 
Photo via Solvatten.



Les carafes Solvatten empêchent l’abattage des arbres et contribuent à économiser de l’argent dans les foyers où les infrastructures font défaut.

Au Mali, une étude universitaire menée en 2012 sur l’utilisation de Solvatten a montré que chaque ménage utilisant des réservoirs d’eau évitait jusqu’à deux tonnes d’émissions de dioxyde de carbone par an. Ces maisons ont économisé près de huit dollars américains en dépenses de santé, ce qui représente 12% du salaire minimum au Mali.

Des agents de santé munis de tambours Solvatten au centre de santé communautaire de Tintadeny au Mali.
Photo via Solvatten.


L’innovation est la clé

La société africaine adopte toutes sortes d’innovations, telles que l’agroforesterie, les énergies renouvelables et les technologies de l’information pour se préparer à l’avenir.

Les drones de conservation ou les applications d’étiquetage géographique forment les communautés et les organisations africaines à la surveillance.

Ces nouvelles technologies peuvent aider à identifier les sécheresses et la déforestation. L’expansion des monocultures de cacao est souvent un facteur de déforestation. Les satellites et les drones aident à suivre l’enregistrement illégal pour l’extension des monocultures. Cela oblige les entreprises à rendre compte de leurs opérations.

Photo prise par un drone. Auteur: Martin Wegmann – Travail personnel, CC BY-SA 3.0. Disponible dans ce lien: https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15499839


Technologie de l’information, une partie de la solution

Les bases de données collaboratives, technologie appelée blockchain, ils ont révolutionné la façon dont nous pensons à l’économie et climat. Bitcoin, la monnaie cryptographique, est sans aucun doute l’utilisation la plus connue de cette technologie.

On sait peu de choses sur l’utilisation de la technologie de la blockchain tokenize la consommation d’énergie et les émissions de carbone. Les puces peuvent être évaluées et commercialisées sous forme de compensations de dioxyde de carbone et de crédits de dioxyde de carbone.

Blockchain for Climate a développé un projet de spécification pour un nouveau type de jeton appelé Unique Fungible Tokens (UTF) pouvant contenir les informations uniques de chaque crédit.

Ces informations incluent le lieu d’origine. Par exemple, dans un projet de reforestation ou d’énergie renouvelable, vous pouvez valider l’authenticité d’un crédit carbone tout en créant de la liquidité sur le marché du crédit carbone lui-même.

Veridium,Stellar, Nori et Poséidon sont d’autres projets de technologie Blockchain qui aident à commercialiser la compensation du dioxyde de carbone. Ce commerce contribue au reboisement en Afrique.

Combinaison de cultures

On ne peut pas s’attendre à une adaptation au changement climatique en Afrique. Les différentes enquêtes suggèrent que les décideurs adoptent une combinaison de solutions pour atténuer les sécheresses et les inondations graves.

Réinventer l’agriculture est l’une des priorités pour s’adapter aux pénuries alimentaires aggravées par la hausse des températures. L’agroforesterie semble être le moyen d’assurer la subsistance des agriculteurs en Afrique de l’Ouest.

Deux enfants en Gambie sur le point de planter des arbres.
Photo de Green Up Gambia.

La sylviculture et l’agriculture combinées, elles peuvent aider à assurer la sécurité alimentaire et l’adaptation au changement climatique, selon les experts. Mais pour mettre en œuvre ces méthodes, les petits agriculteurs ont besoin d’un investissement initial.

Il existe un large éventail de nouvelles techniques agricoles qui devraient être présentées aux agriculteurs: la diversification des cultures, la culture sur haies et l’utilisation de clôtures vivantes ne sont que quelques-unes de ces bonnes pratiques. Toutes ces pratiques pourraient jouer un rôle vital dans l’amélioration de la résistance au changement climatique.

Agroforesterie et changement climatique

L’un des avantages de l’agroforesterie est de permettre l’atténuation du microclimat et la régulation du débit d’eau, selon un étude internationale menée par différentes universités d’Afrique, d’Europe et des États-Unis.

Les investissements en agroforesterie restent toutefois limités. En revanche, les systèmes agricoles se sont intensifiés spécifiquement pour l’exportation de cultures de rapport (monocultures de cacahuètes, cacao et le coton, entre autres), sont fortement subventionnés, comme le montre recherche pour le  Journal International de la Durabilité Agricole. Pour des raisons similaires, Les groupes de conservation critiquent l’utilisation des forêts pour produire une masse bioénergétique.

Il existe également une série de résistances à l’agroforesterie d’agriculteurs de subsistance. Lorsque les propriétés sont petites, les agriculteurs peuvent ne pas partager les terres inutilisées. L’étude a conclu que en raison de conflits violents, les villageois ont tendance à hésiter à planter des arbres.

Johanny Sawadogo, chef du service forestier provincial, forme des apiculteurs à la production de ruches et à la collecte de miel, dans le village de Yalka, au Burkina Faso. Photo de Ollivier Girard / CIFOR


La coordination des stratégies

La coordination dans la mise en œuvre de technologies innovantes et de l’agroforesterie est essentielle. Des politiques appropriées doivent soutenir la mise en œuvre de ces avancées. Par exemple, les drones de conservation peuvent aider à contrôler l’exploitation forestière illégale, mais les communautés ont besoin d’une source d’énergie alternative pour le bois de chauffage.

La reforestation mondiale pourrait atténuer les effets du changement climatique de 30% d’ici 2030, selon le GIEC. Ce sont 12 ans pour empêcher le dépassement de 1,5 degrés Celsius. Les effets seront catastrophiques si cette augmentation est dépassée. En Afrique, les conséquences peuvent être dévastatrices. Le compte à rebours a commencé.

Un garçon de Gambie en train de planter un arbre. Photographie de Green Up Gambia.


La Grande Muraille Verte, le reboisement urgent pour atténuer le changement climatique

Il reste 12 ans pour mettre fin aux effets irréversibles sur le climat en limitant l’augmentation de la température mondiale à 1,5 degrés Celsius, selon le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur le Changement Climatique (IPCC, dans son acronyme en anglais).

Les scientifiques incitent le GIEC à faire davantage pression sur les gouvernements nationaux pour qu’ils prennent plus au sérieux le rôle des forêts dans la lutte contre le changement climatique. Selon un groupe international de 40 scientifiques, il est “aussi urgent” de mettre fin à la déforestation que de réduire l’utilisation de combustibles fossiles.

Ces experts affirment qu’en protégeant et en reboisant les forêts, le monde atteindrait 18% des mesures d’atténuation nécessaires d’ici 2030 pour anticiper un changement climatique incontrôlé.

Les zones arides du Sahel, où des températures moyennes supérieures à 40 degrés sont atteintes, sont l’un des endroits les plus vulnérables de la planète au changement climatique. Les gouvernements nationaux et les organisations mondiales ont mis en place des initiatives de reboisement ambitieuses telles que La Grande Muraille Verte. Ce projet international vise à créer une zone tampon de 11 millions d’arbres entre le désert et la savane qui traverse 11 pays, de l’Afrique de l’Ouest à l’Afrique de l’Est.

La Grande Muraille Verte a pour objectif de mettre un terme à la désertification rapide de cette région aride. Pour atteindre cet objectif, de grandes organisations telles que la Banque mondiale, les Nations Unies et l’Union Africaine soutiennent cette initiative. Le Sénégal est l’un des pays à la tête de l’initiative de la muraille verte.

Absamanan Mouduba, un chef de village de ce pays d’Afrique de l’Ouest, a raconté à la BBC en 2017 comment le le reboisement avec des acacias empeche la désertification dans sa communauté. “Quand il n’y avait pas d’arbres, le vent creusait et érodait le sol. Mais maintenant que le sol est mieux protégé, les feuilles produisent du compost et la cime des arbres augmente l’humidité de l’environnement et produit plus d’ombre, réduisant ainsi les besoins en eau », explique-t-il.

Autor: Jordi Albacete

I am an environmental journalist. My passion for the protection of human and environmental rights has been inspired by research led journalism. My ambition is to communicate and inspire people to make positive changes in the environment. Twitter @albacetejordi or Linkedin.

Periodista medioambiental. Mi pasión por la protección de los derechos humanos y medioambientales se ha forjado a través de la investigación periodística. Mi objetivo es comunicar e inspirar a la gente para hacer cambios positivos y proteger el medioambiente. Twitter @albacetejordi o Linkedin.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *